Une question ? Contactez un conseiller info-conseil@apc-paris.com ou téléphonez au +33158519020

Les travaux de rénovation énergétique en copropriété sur la métropole parisienne

Origine des données : CoachCopro

Les prestations recensées dans ce visuel proviennent principalement de l’activité d’accompagnement des différentes structures de la métropole parisienne assurant une activité de conseil info-énergie auprès des copropriétaires ainsi que des données des opérateurs SOLIHA et Urbanis concernant les OPATB des 13e et 19e arrondissements de Paris et le programme Eco-Rénovons Paris. Les votes de ces prestations de travaux s’étalent de 2008 à aujourd’hui. Cependant la majorité des projets datent d’après 2013, en particuliers les projets performants et très performants.

Comment analyser la performance des projets de rénovation ?

Les rénovations avec plus de 30 % de gain d’énergie correspondent généralement à un projet global qui permet d’atteindre une étiquette inférieure ou égale à C. Les projets avec un gain inférieur à 30% sont des rénovations partielles qui peuvent correspondre à des travaux effectués dans le cadre de l’entretien du bâtiment ou parce que la copropriété n’a pas pu faire aboutir un projet global.

Quels types de travaux selon l’ambition du projet ?

On peut noter que les postes "murs" et "ventilation" sont presque systématiquement présents sur les projets ambitieux. Par ailleurs on observe que les postes de travaux "ventilation" et "plancher bas" sont effectués principalement dans le cas de rénovations performantes et rarement sur des projets plus modestes. De plus, ces postes de travaux ne sont jamais observés en l’absence d’audit énergétique réalisé préalablement.

Les rénovations moins performantes ont le plus souvent un nombre réduit de poste de travaux (moins de deux, rarement trois), ces postes de travaux concernent plutôt des postes liés à l’entretien du bâtiment : "toiture", "chauffage" et parfois "murs" voire "fenêtres".

Que peut-on dire des coûts de rénovation ?

Le coût par logement est très variable, et bien évidemment à prendre avec prudence. La finesse des données ne permet pas de prendre en considération toutes les variables des projets de rénovation, comme par exemple la présence d'amiante, le taux de remplacement des fênetres, la nature et l'épaisseur des matériaux, etc.

La performance n'est pas linéairement liée à l'investissement, tant la nature du bâtiment, son état initial, et la qualité des prestations peuvent varier.

Vous souhaitez en savoir plus? Contactez nous : observatoire@apc-paris.com